L’œil de l’apiculteur professionnel

le couvre-cadre mis au mauvais endroit

Intervention de Jean-Claude :

Hier, Jean-Claude Monnier, apiculteur depuis près de 45 ans ( 43 ans exactement ), nous a rendu visite.

Jean-Claude Monnier est mon “Professeur” d’apiculture de l’outil en main. Comme je le disais dans cet article, Jean claude est la personne qui m’a inspiré la passion de l’apiculture.

Ils sont donc venu hier, lui et son équipement, pour voir comment allaient nos ruches. Il était temps qu’ils vienne réparer nos bêtises !

Entre un couvre cadre mis entre la ruche et la hausse, une fourmilière installée à l’intérieur de la ruche et des pièges à frelons attirant les abeilles, Jean-claude devait donc passer, et le plus tôt possible.

Bon, commençons.

      Le couvre cadre mis entre la ruche et la hausse:

Lors d’une ouverture de ruche, j’avais remarqué cette ” Planche “, posée entre la ruche et la hausse. j’ai donc téléphoné à Jean claude en lui demandant à quoi servait cette ” planche ” encore inconnue par moi même.

GROSSE erreur de ma part, “Quand même, ne pas savoir ce qu’est un couvre-cadre, Pffff ! N’importe quoi. ” me diriez-vous. Tout le monde a le droit de se tromper, c’est écrit dans le livre des droits de l’enfant et gnagnagni et gnagnagna… Bon, revenons au vif du sujet. J’ai donc téléphoné à jean claude ( je n’ai plus besoin de vous le présenter ), qui m’a dit qu’ il fallait ABSOLUMENT l’enlever .

Mais, une fois chez nous chez les abeilles, il se rendit conte que la “planche”que j’avais enlevé était le couvre cadre.

Au téléphone, il à cru que la planche dont je lui parlé était celle qui a permis de fermer la hausse le temps du déplacement de chez lui à chez nous.

Voilà qui aurait expliqué ma non-récolte de miel abondante. 😉

La fourmilière installée dans la ruche (sous le toit ):

Nous avions une fourmilière installée sous le toit de la ruche .

La reine était constamment en train de pondre, car, quand nous ouvrions, ce n’est pas une ou deux fourmis que nous tuions, mais, disons, deux ou trois-cents ! Sans compter les pièges à frelons, on ne voyait PLUS RIEN !!!

Mais, malgré tout, la reine continuait à pondre. et, vu le nombre de fourmis, ça fait des dégâts ! En observant un combat entre une vingtaine de fourmis et trois abeilles, au bout de vingt secondes, les trois abeilles sont mortes.

Alors, pour résoudre à ce problème, Jean Claude à emmené du Souffre. Solution efficace qui permet d’empoisonner une fourmi, tout en faisant en sorte à ce qu’elle empoisonne les autres en revenant à la colonie.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*